• Quand la flamme renaît...

    Depuis plusieurs mois, je me traînais, j'allais travailler avec toujours autant de plaisir mais avec la sensation de produire des évaluations mécaniques, sans âme, sans plaisir...

     

    Je me sentais plombée... Par une équipe sociale disparate, par des cadres avides de pouvoirs et de conflits, par des dysfonctionnements continus, par la prise en charge d'une stagiaire imposée (mais charmante, OUF), par mon manque d'enthousiasme... Par la vie, par la maladie, par la mort...

     

    Malgré tout, je continuais d'avancer, de fonctionner... Parce qu'aider, accompagner (et le premier qui me parle d'assister, je l'éclate!) c'est un métier... Et envie ou pas, flamme ou pas, on est quand même payés pour ce qu'on fait... Donc on est priés de le faire... et avec le sourire... Par respect pour le patient et sa famille...

     

    Je me sentais l'âme d'un robot... Assez proche de Darkwador certains jours... Le mécanisme de l'évaluation-action et l'envie de passer du côté obscur de la force quand ça ne marchait pas comme je l'entendais...

     

    Bref, je me suis traînée, j'ai pris du poids et de la culpabilité...

     

    Et puis il y a un mois, j'ai décidé de bouger... de reprendre mes humeurs en main... J'ai recommencé  à courir... Reste à mieux manger... L'énergie revient... L'envie suit...

     

    Et étrangement, les motivations et les petits bonheurs du quotidien d'AS réapparaissent... Ces journées où l'on a l'impression d'être bénie des Dieux... Que rien ne nous résiste... Où l'évaluation et les solutions s'enchaînent sans grain de sable... Ces jours où l'on se rappelle le plaisir d'exercer notre métier... L'avantage d'avoir exercé dans divers postes, d'avoir développé des compétences et de pouvoir les utiliser...

     

    Mais finalement, cette énergie revenue, je la dois à un patient... Un patient qui depuis 2 ans refuse le handicap imposé par une maladie neurologique qui aurait pu être bénigne... Qui le contraint depuis 2 ans  à fréquenter les hôpitaux... A rechercher une place en centre de rééducation... A se battre contre les manques du système et parfois aussi contre le défaitisme de certains...

     

    Cet homme, depuis que je l'ai rencontré ne poursuit qu'un seul but... Retrouver chaque jour un peu plus l'usage de ses membres et puis rentrer chez lui...

     

    Et après de nombreux obstacles, l'obligation de revoir ses priorités et de les adapter, d'adapter son lieu de vie, d'accepter de déménager, de changer de région.

     

    Pourtant, aujourd'hui, j'ai téléphoné à cet homme pour lui annoncer que son projet aboutissait enfin, que dans un mois il sera proche de son but, dans la région choisie et toujours avec sa famille à ses côtés...

     

    Et pourtant, aujourd'hui, ce patient m'a remerciée de l'avoir porté par mon enthousiasme et mon opiniâtreté... J'en suis restée ébahie... CAR tous ses progrès, il ne les doit qu'à lui et à son épouse, je n'ai fait que l'accompagner... Et lui il m'a offert mon retour de flamme...

     

    Ce soir, je suis heureuse et fière d'être assistante sociale!


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :