• Provoc' ou pas...

    Ce patient, je l'ai rencontré suite à une visite "systématique"... Autrement dit, le patient est hospitalisé, paraplégique depuis de nombreuses années, on suppose qu'il a déjà des aides à domicile mais par principe, je vais m'assurer que le retour à domicile ne posera pas problème...

     

    Très vite, dès le début de l'entretien, j'ai envie de fuir... Je suis mal à l'aise... Dans ce service, les patients sont rarement très couverts... Souvent, ils ne disposent que d'un drap ou d'une chemise stérile pour protéger leur pudeur... Pourtant, ça ne me gène que très rarement... Mais lui s'expose, se découvre...

     

    Très vite, il me raconte ses traitements, sa chair, son escarre... Ne répond pas vraiment aux questions directes, il élude... Toute question sur son mode de vie amène une réponse médicale... Il s'expose physiquement... Pour protéger son jardin secret? Ou pour masquer une absence de vie sociale?

     

    Très vite, j'apprends qu'il a perdu l'usage de ses jambes suite à un accident de la voie publique... Il me noie de détails médicaux et techniques sur les appareils qui le maintiennent en vie...

     

    Très vite, je bafouille, je gaffe... "Bon alors, pour les aides à domicile, ça roule?"... Trop forte l'AS!! Vocabulaire recherché et adapté! Mais là encore, il me dit: "OUi vous avez raison, pour rentrer dans l'ambulance, je fais un roulé-boulé car ils ne peuvent pas me soulever!"... L'image me fait sourire, il s'esclaffe...

     

    Très vite, je sors... Je me  sens inutile, voyeuse, monstrueuse...

     

    Et puis j'attends, qu'il change de secteur, et surtout, j'espère un transfert...

     

    Et puis, je culpabilise... Je ne suis pas là pour aimer les patients mais pour les aider...

     

    Et puis, je fuis sa chambre, je me contente d'un bonjour rapide quand je fais "mon tour du matin"...

     

    Mais ce matin, alors que je faisais le point sur les sortants avec le médecin... Elle dit: "Ouf, il est transféré mercredi Monsieur X", je n'en peux plus! Personne ne le supporte..."

     

    ALors j'ai trouvé ça étrange, ce patient pourtant compliant, peu exigeant, jeune et souriant que tout le monde a rejeté..

     

    Des patients, malades et obèses, il y a en a souvent... Mais des impudiques rarement...

     

    Et puis j'ai compris ce qui m'avait déroutée... Ce patient, il parlait de son corps comme de celui d'un autre... La maltraitant à force de consommation inadaptée de sucreries, l'exposant et en parlant à la 3eme personne...

     

    Alors, je me suis dit que, peut-être c'est sa souffrance d'être prisonnier d'un corps malade que je n'ai pas supportée...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :