• Conte à mourir...

    Il était une fois un homme qui vivait avec son épouse dans une jolie maison... Il avait un gentil stupide petit caniche... Il avait deux fils, mariés tous les deux... C'était un jeune grand père dynamique... Il exerçait un métier qui le passionnait... L'histoire aurait pu s'arrêter là... Il vécut heureux et...

     

    Mais un hiver les bronchites sont devenues chroniques... Son état respiratoire s'est détérioré jusqu'à ce que la pneumologue lui prescrive de l'oxygénothérapie... D'abord quelques heures par nuit puis le jour et enfin 24h/24h...

     

    La première fois que je l'ai rencontré, il s'est assis dans mon bureau... Puis j'ai patienté... 10 bonnes minutes... Pour qu'il reprenne son souffle car il avait monté un étage...

    Il était en arrêt maladie depuis bientôt 3 ans... Le médecin conseil avait proposé une invalidité 2eme catégorie... Il m'a raconté son histoire... Et puis la maladie... Ses espoirs de partir dans une région plus clémente à la retraite... Sa vie de famille... Son métier... Ses recettes de cuisine (il était cuisinier)... L'impossibilité de continuer de cuisiner au gaz.... Son quotidien...

    Et puis le regret... Celui d'avoir un jour fumer LA première cigarette... Celle qui a entraîné tous les paquets suivants... Celle qui le tue... à petit feu... Sournoisement...

     

    Quand les premiers signes de la maladie sont apparus, il a eu peur du diagnostic de cancer du poumon... Et de ses traitements bien connus... Mais il ignorait l'existence de la BPCO... Broncho-pneumopathie chronique obstructive... Qui entraîne l'insuffisance respiratoire et la dépendance à l'oxygène... Et de fait, la limitation de toutes les autres capacités fonctionnelles... Monter un escalier... Marcher... Même parler et rire deviennent difficiles...

    Mais il a continué d'avancer dans ses projets, de se battre pour faire valoir ses droits... D'y croire... De croire que l'envie de vivre pouvait être la plus forte....


    Jusqu'à ce jour de fin d'été où il m'a appelée en larmes pour demander un entretien en urgence... Je l'ai reçu le jour même... Son épouse avait été hospitalisée en urgence... Cancer de l'utérus métastasé...


    Le malheur n'arrive pas forcément par où on l'attend...

     

    Le chemin a été rapide... Je l'ai aidé à organiser une hospitalisation à domicile... L'accompagnement par un unité de soins palliatifs... Les droits de Madame à faire valoir... Et puis très vite, les obsèques, la succession... La PCH pour lui...

    Parce qu'à deux, il était autonome...

     

    Sa vie a continué... Un peu... L'auxiliaire de vie a remis des fleurs dans le jardin et de la gaieté dans la maison... Régulièrement, je suis allée faire ma pause café chez lui... Papoter de tout, de rien, sous le prétexte de vérifier un plan d'aide qui roulait...

     

    Quand la maladie m'a touchée, je me suis éloignée... Informée malgré tout par son auxiliaire de vie de son évolution...

     

    Et puis un beau soir d'été, une collègue m'a demandé de contacter sa belle-fille qui souhaitait m'informer personnellement de son décès...

    J'ai présenté mes condoléances, j'ai raccroché et puis j'ai pleuré... Sur lui, sur moi, sur le temps que j'espérais avoir de le revoir...

     

     


    N'oubliez pas que: "FUMER TUE"... De toutes les façons... Brutalement ou lentement... Mais INEVITABLEMENT...

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :